Canis lupus - Loup

Canis lupus - Loup

LOUP


Note 2

CLASSIFICATION SCIENTIFIQUE

Royaume

:

Animalia

Phylum

:

Chordata

Subphylum

:

Vertébrés

Classer

:

Mammalia

Commande

:

Carnivore

Sous-ordre

:

Caniformia

Famille

:

Canidés

Gentil

:

Canis

Espèce

:

Canis lupus

Nom commun

: loup ou loup gris

DONNÉES GENERALES

  • La longueur du corps1,0 - 1,5 m dont 35-50 cm de queue
  • Hauteur au garrot (1): 66 à 100 cm
  • Poids: femelle: 23 - 55 kg le mâle: 30 - 80 kg la femelle
  • Durée de vie: jusqu'à 13 ans dans la nature (la moyenne est cependant de 5 à 6 ans) et jusqu'à 16 ans en captivité
  • Maturité sexuelle: femme 2 ans; homme 3 ans

HABITAT ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE

Le loup gris dont le nom scientifique est Canis lupus de la famille dei Canidés, était autrefois l'un des mammifères les plus répandus sur terre. Aujourd'hui, il s'est éteint dans de nombreuses régions comme en Europe occidentale, au Mexique et dans la plupart des États-Unis. On le trouve répandu dans les régions éloignées du Canada, de l'Alaska, du nord de l'Italie, de l'Europe et de l'Asie d'environ 75 ° N à 12 ° N occupant les habitats les plus divers: de la toundra arctique, aux forêts, aux prairies.

La densité de la population est variable et dépend de la densité de la nourriture: plus la quantité de nourriture est grande dans une zone donnée, plus sa présence est grande.

CARACTÈRE, COMPORTEMENT ET VIE SOCIALE

Le loup est l'animal classique qui vit en meute (cependant, il est également possible de trouver des loups solitaires) qui est formé par un couple reproducteur (appelé couple alpha) et quelques jeunes loups de la portée précédente. Dans la meute, il peut également y avoir un ou deux adultes subordonnés, généralement des frères et sœurs de la paire alpha. La taille du pack varie de 3-4 loups à 20-30 selon la quantité de nourriture disponible dans la région. La moyenne est de 5 à 9 loups. Le territoire d'un troupeau s'étend de 130 à 13 000 km2 et est défendu contre les intrus.

Une caractéristique de la meute est que le statut de chaque individu est très clair: il est certain qui est le chef et qui sont les subordonnés et cela se manifeste par le langage corporel, les expressions faciales, les aboiements et les combats.

Cependant, la hiérarchie peut être rapidement modifiée car la maladie, les blessures, la vieillesse, la maturité sexuelle ou de courtes alliances peuvent renverser la situation et changer le statut d'un loup au sein de la meute.

Le couple alpha est le couple dominant et dans l'ordre hiérarchique vient d'abord le mâle, puis la femelle qui n'est subordonnée qu'au mâle.

Les loups ne sont pas des animaux sédentaires. Au printemps et en été, période pendant laquelle les petits sont élevés, ils restent sur le même territoire tandis que pendant la période automne-hiver les loups se déplacent, surtout pendant la nuit, parcourant jusqu'à 200 km à la vitesse de 8 km / h .

CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES

La taille physique du loup varie considérablement selon la zone à laquelle il appartient. En fait, il a été observé que les populations du sud sont généralement plus petites que les populations du nord.

Le loup a un pelage de couleur variable selon la zone géographique: blanc dans les populations arctiques qui devient progressivement gris, cannelle, brun, noir à mesure que vous vous déplacez vers les zones plus méridionales. Le manteau est composé de longs poils hydrofuges et d'une couche interne isolante laineuse.

Il se caractérise par des membres très longs avec de larges pattes munies de quatre clous non rétractables et de cinq coussinets charnus qui lui permettent d'avoir une bonne adhérence dans les sols rocheux. Une particularité est qu'au contact de la neige les roulements se dilatent permettant une plus grande adhérence au sol.

Le loup a une audition très fine (on a calculé qu'elle est environ 20 fois plus élevée que celle de l'homme) à tel point qu'il peut entendre le hurlement d'un semblable à une distance de 16 km. L'odorat est également très sensible (environ 100 fois supérieur à celui de l'homme) ayant une zone nasale extrêmement développée.

Il a des mâchoires très puissantes qui leur permettent d'exercer une pression de plus de 100 kg / cm2 pratiquement le double de la force par rapport à celle qu'un berger allemand adulte peut exercer.

Il a une grande endurance, ce qui lui permet de courir en continu pendant plus de 30 km tout en maintenant une vitesse constante de 6 à 10 km / h.

LA COMMUNICATION

Le loup a un vaste langage corporel à communiquer, langage qui peut être donné à la fois par les expressions faciales et par les expressions corporelles: lever la queue et tendre les oreilles indique une menace; allongé sur le sol et abaissant les oreilles indiquent une reddition; montrer vos dents montre leur agressivité; montrer le ventre et rouler sur le sol indique la soumission, etc.).

La communication vocale est également très active chez les loups: le hurlement permet de communiquer les différentes positions ou lorsque le groupe doit se rassembler pour aller chasser, etc.

Le territoire n'est marqué que par le mâle alpha à travers des pulvérisations d'urine.

HABITUDES ALIMENTAIRES

Le loup est un animal carnivore. Le type de nourriture est extrêmement variable selon la disponibilité et va des grands ongulés (orignal, renne, caribou, cerf, sanglier, etc.) aux petites proies (castors, lapins, souris, etc.), bétail, charogne et aussi à déchets.

Il peut manger jusqu'à 8 kg de viande par repas et est un animal qui ne jette rien: il mange de tout, même les cheveux et les os.

REPRODUCTION ET CROISSANCE DE LA PETITE

Dans un pack, la paire alpha est la seule qui se reproduit et est une paire monogame pour la vie. Ce n'est que si, suite à un accident, l'un des deux loups composant le couple meurt, il est remplacé.

La saison de reproduction se situe entre janvier et avril: les loups vivant plus au nord s'accouplent pendant les mois les plus chauds que ceux vivant plus au sud. Les femelles entrent en œstrus une fois par an pendant une période de 5 à 14 jours. L'accouplement n'a lieu que pendant cette période et le mâle fait de grands efforts pour éloigner les autres mâles de la femelle. Après l'accouplement, la femelle creuse ou cherche une tanière qui peut être un tunnel dans le sol ou une cavité dans la roche dans laquelle donner naissance aux petits. La gestation dure de 60 à 63 jours et après cette période de 1 à 14 chiots naissent (6-7 en moyenne). À la naissance, ils sont aveugles et sourds et pèsent environ 1/2 kg. Après environ 10 à 15 jours, ils commencent à voir et à bouger leurs pattes avant et après encore 5 à 10 jours, ils sont capables de se lever et d'émettre des sons.

Au cours des trois premières semaines, ils sont nourris 4 à 5 fois par jour et pendant cette période, le reste du troupeau prend soin d'apporter de la nourriture à la mère.

Après 60 jours, les chiots sont sevrés et quittent la tanière et rejoignent le troupeau dont ils sont protégés et instruits sur les techniques de chasse, comment survivre et quelles sont les règles de vie du troupeau.

Lorsqu'ils atteignent environ un an, ils définissent soit leur rôle dans la hiérarchie de la meute, soit ils doivent partir à la recherche de leur propre territoire.

PRÉDATION

Peu d'animaux sont capables de chasser les loups, par exemple le coyote qui attaque généralement les loups solitaires et les jeunes s'il parvient à les trouver par lui-même.

ÉTAT DE LA POPULATION

Le loup est classé dans la liste rouge de l'IUNC (2009.1) parmi les animaux à faible risque d'extinction: MOINS DE PRÉOCCUPATION (LC). Bien que la densité de sa population au fil des ans ait considérablement diminué en raison du changement climatique et de l'urbanisation (qui ont déplacé leurs habitats naturels); des persécutions menées depuis longtemps par l'homme; d'empoisonnement (comme il se nourrissait de bétail), le loup maintient aujourd'hui une population constante grâce aussi aux nombreuses lois édictées pour sa protection (en Italie elles ont commencé à partir des années 70) et à sa réintroduction conséquente dans de nombreuses régions où il avait disparu mais surtout avec la création d'aires protégées dans lesquelles vivre librement et en toute sécurité.

L'espèce est inscrite à l'Annexe II de la CITES à l'exception des pays du Bhoutan, de l'Inde, du Népal et du Pakistan, où elle est inscrite à l'Annexe I.

Il y a beaucoup de controverse sur le nombre de sous-espèces. Il y a qu'il attribue une quarantaine de sous-espèces liées aux différentes caractéristiques morphologiques; qui quatre ou cinq. Dans tous les cas, nous nous souvenons de deux sous-espèces importantes telles que le Canis lupus familiaris qui est le chien domestique (comme le loup est considéré comme son ancêtre) et le Canis lupus dingo le dingo.

IMPORTANCE SOCIALE, ÉCONOMIQUE ET ÉCOSYSTÉMIQUE

Le loup est considéré comme un prédateur par excellence, mis au sommet dans le contrôle des populations de leurs proies, éliminant les spécimens les plus faibles.

Dans les cultures de nombreux peuples, les loups sont considérés comme des animaux très importants car ils sont considérés comme le symbole de la nature sauvage.

SONS ÉMIS

Pour entendre les bruits émis par cet animal, rendez-vous dans l'article: Les sons émis par le loup

Noter

  1. garrot: région du corps des quadrupèdes entre le bord supérieur du cou et du dos et au-dessus des épaules, en pratique la partie la plus haute du corps (à l'exclusion de la tête);
  2. photographie originale avec la permission des États-Unis Service de la pêche et de la faune.

Loup eurasien

le Loup eurasien (Canis lupus lupus), également connu sous le nom de loup commun [2] ou Loup de forêt de Russie moyenne, [3] est une sous-espèce de loup gris originaire d'Europe et des zones forestières et steppiques de l'ex-Union soviétique. Il était autrefois répandu dans toute l'Eurasie avant le Moyen Âge. Mis à part un dossier paléontologique étendu, les langues indo-européennes ont généralement plusieurs mots pour Loup, attestant ainsi de l'abondance et de la signification culturelle de l'animal. [4] Il a été tenu en haute estime dans les cultures baltique, celtique, slave, turque, grecque antique, romaine et thrace, tout en ayant une réputation ambivalente dans les premières cultures germaniques. [5]

  • altaicus (Noack, 1911)
  • argunensis (Dybowski, 1922)
  • canus (Sélys Longchamps, 1839)
  • communis (Dwigubski, 1804)
  • déitanos (Cabrera, 1907)
  • desertorum (Bogdanov, 1882)
  • Flavus (Kerr, 1792)
  • fulvus (Sélys Longchamps, 1839)
  • italicus (Altobello, 1921)
  • Kurjak (Bolkay, 1925)
  • lycaon (Trouessart, 1910)
  • Majeur (Ogérien, 1863)
  • mineur (Ogerien, 1863)
  • Niger (Hermann, 1804)
  • orientalis (Wagner, 1841)
  • orientalis (Dybowski, 1922)
  • signatus (Cabrera, 1907)[1]

C'est le plus grand des loups gris de l'Ancien Monde, pesant en moyenne 39 kg (86 lb) en Europe [6]. Cependant, des individus exceptionnellement grands ont pesé entre 69–79 kg (152–174 lb), bien que cela varie selon la région. [3] [7] Sa fourrure est relativement courte et grossière, [2] et est généralement d'une couleur fauve, avec du blanc sur la gorge qui s'étend à peine aux joues. [7] Les mélanistes, les albinos et les érythristes sont rares et sont principalement le résultat de l'hybridation loup-chien. [8] Le hurlement du loup eurasien est beaucoup plus prolongé et mélodieux que celui de la sous-espèce nord-américaine de loup gris, dont les hurlements sont plus forts et mettent davantage l'accent sur la première syllabe. Les deux sont, cependant, mutuellement intelligibles, car les loups nord-américains ont été enregistrés pour répondre aux hurlements à l'européenne des biologistes. [9]

De nombreuses populations de loups eurasiens sont obligées de subsister en grande partie grâce au bétail et aux ordures dans les zones à activité humaine dense, bien que les ongulés sauvages tels que l'orignal, le cerf élaphe, le chevreuil et le sanglier restent les principales sources de nourriture en Russie et dans les régions les plus montagneuses L'Europe de l'Est. Les autres espèces de proies comprennent le renne, l'argali, le mouflon, le bison, le saïga, le bouquetin, le chamois, la chèvre sauvage, le daim et le cerf porte-musc. [dix]


Traductions lupo Ajouter

Tom ne connaît pas la différence entre un Loup et un renard.

Tom ne connaît pas la différence entre un Loup et un renard.

Loup gris

Loup gris, Loup gris, je t'aime.

Loup gris, Loup gris, Je vous aime.

Canis lupus

L'influence de la loups (Canis lupus) dans les habitudes de navigation des cerfs.

L'influence des loups (Canis lupus) sur les habitudes de broutage du cerf élaphe a également été étudié.


Canis lupus

Vous voulez remercier TFD pour son existence? Parlez de nous à un ami, ajoutez un lien vers cette page ou visitez la page du webmaster pour obtenir du contenu amusant et gratuit.

  • Loup arctique
  • Canis lupus tundrarum
  • dingo
  • chien
  • dogging
  • chiens
  • gâcher
  • Loup gris
  • Loup gris
  • loup des bois
  • Loup blanc
  • Loup
  • loups
  • Caniapiscau
  • fièvre canicule
  • Canicula
  • caniculaire
  • jours caniculaires
  • Année caniculaire
  • canicule
  • canid
  • Canidés
  • Caninal
  • canin
  • Appétit canin
  • chorée canine
  • Démence cervicale
  • Lettre canine
  • Folie canine
  • parvovirus canin
  • une canine
  • bastonnade
  • caninité
  • Canis
  • Canis aureus
  • Canis dingo
  • Canis familiaris
  • Canis latrans
  • Canis lupus
  • Canis lupus tundrarum
  • Canis Major
  • Canis Minor
  • Canis Niger
  • Canis rufus
  • canistel
  • arbre canistel
  • boîte
  • tir de cartouche
  • canisterisation
  • canisterize
  • canitie
  • chancre
  • Floraison du chancre
  • Fleur de chancre
  • frein de chancre
  • Mouche chancre
  • Éruption cutanée du chancre
  • aphtes
  • Chancre-mors
  • chancelé
  • chanceux
  • chancre
  • chancre
  • cankerweed
  • Canis
  • Canis
  • Canis aureus
  • Canis aureus
  • Canis Canis
  • Canis Canis
  • Canis Canis
  • Canis Canis
  • Canis Canis
  • Canis Canis
  • Canis Club Chartrain
  • Canis dingo
  • Canis dingo
  • Canis dirus
  • Canis Familaris
  • Canis Familaris
  • Canis Familaris
  • Canis Familaris
  • Canis Familaris
  • Canis Familaris
  • Canis familiaris
  • Canis familiaris
  • Canis familiaris
  • Canis familiaris
  • Canis familiaris
  • Canis familiaris
  • Canis indique
  • Canis latrans
  • Canis latrans
  • Canis latrans
  • Canis lupus
  • Canis lupus arctos
  • Canis lupus dingo
  • Canis lupus dingo
  • Canis lupus familiaris
  • Canis lupus familiaris
  • Canis lupus familiaris
  • Canis lupus familiaris
  • Canis lupus familiaris
  • Canis lupus pallipes
  • Canis lupus tundrarum
  • Canis Major
  • Canis Major
  • Canis Major (constellation)
  • Canis Major (constellation)
  • Canis Major et Canis Minor
  • Canis Major et Canis Minor
  • Constellation de Canis Major
  • Constellation de Canis Major
  • Canis Majoris
  • Majeurs Canis
  • Canis Minor
  • Canis Minor
  • Canis Minor (constellation)
  • Canis Minor (constellation)
  • Constellation de Canis Minor
  • Constellation de Canis Minor
  • Canis Niger
  • Canis rufus
  • Lycée Canisius
  • Canisius, Peter

Tout le contenu de ce site Web, y compris le dictionnaire, le thésaurus, la littérature, la géographie et d'autres données de référence, est à titre informatif uniquement. Ces informations ne doivent pas être considérées comme complètes, à jour et ne sont pas destinées à être utilisées à la place d'une visite, d'une consultation ou d'un avis d'un professionnel juridique, médical ou de tout autre professionnel.


Contenu

  • 1 Description physique
    • 1.1 Construire
    • 1.2 Taille
  • 2 Gamme
    • 2.1 Déclin
    • 2.2 Récupération
  • 3 Protection juridique
  • 4 Conflits
    • 4.1 Attaques contre les animaux au pâturage
    • 4.2 Attaques contre les humains
  • 5 Relations avec les humains
    • 5.1 Mythes
  • 6 Références
  • 7 Liens externes

Construire Modifier

Pour décrire les loups nord-américains, John Richardson a utilisé les loups européens comme base de comparaison, résumant ainsi les différences entre les deux formes:

La tête du loup européen est plus étroite et se rétrécit progressivement pour former le nez, qui est produit sur le même plan que le front. Ses oreilles sont plus hautes et un peu plus proches l'une de l'autre, leur longueur dépasse la distance entre l'ouverture auditive et l'œil. Ses reins sont plus minces, ses pattes plus longues, ses pieds plus étroits et sa queue est plus finement recouverte de fourrure. Les oreilles plus courtes, le front plus large et le museau plus épais du loup américain, avec le poil touffu derrière la joue, lui donnent une physionomie plus semblable au visage social d'un chien Esquimaux qu'à l'aspect furtif d'un loup européen. [11]

Modifier la taille

La taille des loups eurasiens est sujette à des variations géographiques, les animaux de Russie et de Scandinavie étant plus gros et plus volumineux que ceux résidant en Europe occidentale, [12] ayant été comparés par Theodore Roosevelt aux grands loups du nord-ouest du Montana et de Washington. [13] Les adultes de Russie mesurent 105 à 160 centimètres (41 à 63 pouces) de longueur, 80 à 85 centimètres (31 à 33 pouces) de hauteur d'épaule et pèsent en moyenne 32 à 50 kilogrammes (71 à 110 livres), avec un poids maximal de 69 à 80 kilogrammes (152 à 176 lb). [3] Le plus grand sur le disque a été tué après la Seconde Guerre mondiale dans la région de Kobelyakski de la région de Poltavskij dans la RSS ukrainienne et a pesé 86 kilogrammes (190 livres). [14] Des poids plus importants de 92 à 96 kilogrammes (203 à 212 livres) ont été signalés en Ukraine, bien que les circonstances dans lesquelles ces derniers animaux ont été pesés ne soient pas connues. [3]: 174 Bien que de taille similaire aux loups de la Russie centrale, les loups suédois et norvégiens ont tendance à être plus lourdement bâtis avec des épaules plus profondes. [12] Un loup tué en Roumanie a été enregistré pour avoir pesé 72 kilogrammes (159 livres). [15] Chez les loups italiens, à l'exception de la queue, la longueur du corps varie entre 110 et 148 cm, tandis que la hauteur des épaules est de 50 à 70 cm. Les mâles pèsent entre 25 et 35 kilogrammes (55 à 77 livres) et rarement 45 kilogrammes (99 livres). [16] Les loups britanniques maintenant éteints sont connus pour avoir atteint des tailles similaires aux loups arctiques. [17]

Refuser Modifier

L'extermination des loups d'Europe du Nord est d'abord devenue un effort organisé au Moyen Âge [ citation requise ], et a continué jusqu'à la fin des années 1800. En Angleterre, la persécution des loups a été imposée par la législation et le dernier loup a été tué au début du XVIe siècle sous le règne d'Henri VII. Les loups ont survécu plus longtemps en Écosse, où ils se sont abrités dans de vastes étendues de forêt, qui ont ensuite été incendiées. Les loups ont réussi à survivre dans les forêts de Braemar et Sutherland jusqu'en 1684. La disparition des loups en Irlande a suivi un cours similaire, avec le dernier loup censé avoir été tué en 1786. [18] Une prime de loup a été introduite en Suède en 1647, après l'extermination des orignaux et des rennes, les loups ont forcé à se nourrir de bétail. Les Samis ont fait disparaître les loups dans le nord de la Suède lors de campagnes organisées. En 1960, peu de loups sont restés en Suède, en raison de l'utilisation de motoneiges pour les chasser, le dernier spécimen ayant été tué en 1966. Le loup gris a été exterminé au Danemark en 1772 et le dernier loup de Norvège a été tué en 1973. L'espèce était presque anéanti au 20e siècle en Finlande, malgré des dispersions régulières depuis la Russie. Le loup gris n'était présent que dans les parties est et nord de la Finlande en 1900, bien que son nombre ait augmenté après la Seconde Guerre mondiale. [19] Bien que la population de loups finlandais soit passée en 2005 à environ 250 individus, en 2013, leur nombre avait de nouveau diminué pour atteindre le chiffre du milieu des années 1990 d'environ 140. Ceci malgré les mesures gouvernementales visant à maintenir les effectifs reproducteurs viables. Au début de 2016, la population de loups était d'environ 300 à 350 individus. [20] [21]

En Europe centrale, le nombre de loups a été considérablement réduit au début du XIXe siècle, en raison des chasses organisées et de la réduction des populations d'ongulés. En Bavière, le dernier loup a été tué en 1847 et avait disparu des régions du Rhin en 1899 [19] et avait en grande partie disparu en Suisse avant la fin du XIXe siècle. En 1934, l'Allemagne nazie a introduit la première législation réglementant la protection des loups. [22] Le dernier loup vivant libre à être tué sur le sol de l'Allemagne actuelle avant 1945 était le soi-disant "Tigre de Sabrodt", qui a été abattu près de Hoyerswerda, Lusace (alors Basse Silésie) en 1904. Aujourd'hui, les loups sont revenus dans la région. [23]

La chasse au loup en France a été institutionnalisée pour la première fois par Charlemagne entre 800 et 813, lorsqu'il a créé le louveterie, un corps spécial de chasseurs de loups. le louveterie a été aboli après la Révolution française en 1789, mais a été rétabli en 1814. En 1883, jusqu'à 1 386 loups ont été tués, et beaucoup plus par le poison. [19]

En Europe de l'Est, les loups n'ont jamais été totalement exterminés, en raison de la contiguïté de la zone avec l'Asie et ses vastes zones boisées. Cependant, les populations de loups d'Europe de l'Est ont été réduites à de très faibles effectifs à la fin du XIXe siècle. Les loups ont disparu de la Haute-Hongrie au cours de la première décennie du XXe siècle et, au milieu du XXe siècle, ils ne pouvaient être trouvés que dans quelques zones boisées de l'est de la Pologne. Les loups des Balkans orientaux ont bénéficié de la contiguïté de la région avec l'ex-Union soviétique et de vastes étendues de plaines, de montagnes et de terres agricoles. Les loups en Hongrie ne se trouvaient que dans la moitié du pays au début du XXe siècle et étaient en grande partie limités au bassin des Carpates. Les populations de loups en Roumanie sont restées largement importantes, avec une moyenne de 2 800 loups tués chaque année sur une population de 4 600 de 1955 à 1965. Un creux historique a été atteint en 1967, lorsque la population a été réduite à 1 550 animaux. L'extermination des loups en Bulgarie était relativement récente, car une population précédente d'environ 1 000 animaux en 1955 avait été réduite à environ 100–200 en 1964. En Grèce, l'espèce a disparu du sud du Péloponnèse en 1930. Malgré des périodes de chasse intense pendant la XVIIIe siècle, les loups n'ont jamais disparu dans les Balkans occidentaux, de l'Albanie à l'ex-Yougoslavie. La persécution organisée des loups a commencé en Yougoslavie en 1923, avec la mise en place du comité d'extermination des loups à Kočevje, en Slovénie. Le comité a réussi à réduire le nombre de loups dans les Alpes dinariques. [19]

L'aire de répartition du loup gris en Union soviétique englobait presque tout le territoire du pays, n'étant absent que sur les îles Solovetsky, la terre Franz-Josef, Severnaya Zemlya et les îles Karagin, Commander et Shantar. L'espèce a été exterminée deux fois en Crimée, une fois après la guerre civile russe et de nouveau après la Seconde Guerre mondiale. [24] Après les deux guerres mondiales, les populations de loups soviétiques ont atteint un sommet deux fois. 30 000 loups ont été abattus chaque année sur une population de 200 000 au cours des années 1940, dont 40 000 à 50 000 pendant les années de pointe. Les populations de loups soviétiques ont atteint un creux vers 1970, disparaissant dans une grande partie de la Russie européenne. [25]

En 2017, le loup gris reste éteint au niveau régional dans 8 pays européens: l'Autriche, la Belgique, le Danemark, l'Irlande, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Suisse et le Royaume-Uni. [26]

Modification de la récupération

Le rétablissement des populations de loups européens a commencé après les années 1950, lorsque les économies pastorales et rurales traditionnelles ont décliné et ont ainsi éliminé la nécessité de persécuter fortement les loups. Dans les années 1980, les populations de loups petites et isolées se sont développées à la suite de la diminution de la densité humaine dans les zones rurales et du rétablissement des populations de proies sauvages. [25]

En 1978, les loups ont commencé à recoloniser le centre de la Suède après une absence de douze ans et se sont depuis répandus dans le sud de la Norvège. En 2005, le nombre total de loups suédois et norvégiens était estimé à au moins une centaine, dont onze couples reproducteurs. Le loup gris est entièrement protégé en Suède et partiellement contrôlé en Norvège. Les populations de loups scandinaves doivent leur existence continue à la contiguïté de la Finlande voisine avec la République de Carélie, qui abrite une importante population de loups. Les loups en Finlande sont protégés dans tout le pays et ne peuvent être chassés qu'avec une autorisation spécifique. [25] Le déclin des populations d'orignaux a réduit l'approvisionnement alimentaire du loup. [27] [28] Depuis 2011, les Pays-Bas, la Belgique et le Danemark ont ​​également signalé des observations de loups vraisemblablement par migration naturelle des pays adjacents. [29] [30] [26]

Les populations de loups en Pologne sont passées à environ 800–900 individus depuis leur classification comme espèce de gibier en 1976, maintenant depuis plus de deux décennies sous la protection juridique des annexes V et II de la directive FFH. Le nombre de meutes de loups dans l'ouest de la Pologne a continué d'augmenter. Ceci est confirmé par les résultats de la surveillance des loups financée par le Fonds international pour le bien-être animal (IFAW) et la fondation de conservation de la nature EuroNatur, qui est menée par l'organisation polonaise de conservation de la nature Association for Nature Wolf (AfN Wolf). Les scientifiques polonais ont estimé qu'à la fin de l'année de surveillance 2018/19, il y aurait au moins 95 meutes de loups résidents à l'ouest de la Vistule, plus qu'à tout moment depuis le début de la collecte des données en 2003. Pour la première fois, les scientifiques ont été également capable de détecter au moins trois meutes reproductrices dans les montagnes des Sudètes à la frontière tchéco-polonaise. [31]

La Pologne joue un rôle fondamental en fournissant des routes d'expansion vers les pays voisins d'Europe centrale. À l'est, son aire de répartition chevauche les populations de Lituanie, de Biélorussie, d'Ukraine et de Slovaquie. Une population de l'ouest de la Pologne s'est étendue à l'est de l'Allemagne et en 2000, les premiers chiots sont nés sur le territoire allemand. [32] En 2012, environ 14 meutes de loups vivaient en Allemagne (principalement à l'est) et une meute avec des chiots a été aperçue à moins de 24 kilomètres (15 mi) de Berlin. [33] Depuis lors, la population n'a cessé d'augmenter et la zone de distribution s'est agrandie et s'est étendue à de grandes parties de la République fédérale. [34] Au cours de l'année de surveillance 2018/19, il y avait un total de 105 meutes, 25 couples et 13 animaux territoriaux individuels dans onze États fédéraux. Le nombre de coupes était de 393. [35] Depuis l'été 2019, environ 1300 loups, adultes et jeunes animaux vivent en Allemagne. [36] [37] [38]

Le loup gris est protégé en Slovaquie, bien qu'une exception soit faite pour les loups tuant du bétail. Quelques loups slovaques se sont dispersés en République tchèque, où ils bénéficient d'une protection complète. Les loups en Slovaquie, en Ukraine et en Croatie peuvent se disperser en Hongrie, où le manque de couverture empêche la constitution d'une population autonome. Bien que les loups aient un statut spécial en Hongrie, ils peuvent être chassés avec un permis toute l'année s'ils posent des problèmes. [25] La Roumanie a une grande population de loups, au nombre de 2500 animaux. Le loup est un animal protégé en Roumanie depuis 1996, bien que la loi ne soit pas appliquée. Le nombre de loups en Albanie et en Macédoine du Nord est largement inconnu, malgré l'importance des deux pays pour relier les populations de loups de Grèce à celles de Bosnie-Herzégovine et de Croatie. Bien que protégés, de nombreux loups sont tués illégalement en Grèce chaque année et leur avenir est incertain. Le nombre de loups a diminué en Bosnie-Herzégovine depuis 1986, tandis que l'espèce est entièrement protégée en Croatie et en Slovénie voisines. [25]

Les populations de loups dans toute l'Asie du Nord et centrale sont largement inconnues, mais sont estimées à des centaines de milliers sur la base des récoltes annuelles. Depuis la chute de l'Union soviétique, l'extermination des loups à l'échelle du continent a cessé et les populations de loups sont passées à environ 25 000 à 30 000 animaux dans toute l'ex-Union soviétique [25], soit une augmentation d'environ 150%. [39]

Le loup eurasien et le loup italien sont légalement protégés dans la plupart des pays européens, soit par inscription aux annexes de la directive UE-FHH, soit par la convention de Berne ou les deux, selon qu'un pays est ou non signataire de la convention de Berne.

Pour les États membres de l'UE, une demande de modification de l'inscription du loup dans les annexes de la directive Habitats nécessite l'approbation de la Division des grands carnivores de la Commission européenne, dans laquelle les membres du LCIE ont un rôle consultatif. [40] [41] Les États en dehors de l'UE qui sont signataires de la Convention de Berne peuvent soumettre une demande correspondante de changement de statut de protection au Comité permanent de la Convention de Berne, dans lequel le LCIE a également un rôle consultatif. Par exemple, la Suisse a présenté une telle demande en 2006, qui a été rejetée à l'époque. [42] En 2018, la Suisse a de nouveau demandé la réduction du statut de protection. En raison du comportement passif de l'Initiative des grands carnivores pour l'Europe, le traitement est retardé. [43] [44] [45] (Voir aussi État de conservation favorable des loups en Europe).


Répartition géographique

L'aire de répartition originale de Canis lupus se composait de la majorité de l'hémisphère nord - de l'Arctique en continuant vers le sud jusqu'à une latitude de 20 ° S, qui traverse le sud du centre du Mexique, l'Afrique du Nord et l'Asie du Sud. Cependant, en raison de la destruction de l'habitat, des changements environnementaux, de la persécution par les humains et d'autres obstacles à la croissance de la population, les populations de loups gris ne se trouvent maintenant que dans quelques régions des États-Unis contigus, de l'Alaska, du Canada, du Mexique (une petite population) et Eurasie.

  • Régions biogéographiques
  • proche de l'arctique
    • originaire de
  • paléarctique
    • originaire de
  • Autres termes géographiques
  • holarctique

Habitat

Le loup gris est l'un des animaux terrestres les plus diversifiés. Ils occupent une grande variété d'habitats, de la toundra arctique aux forêts, aux prairies et aux paysages arides.

  • Régions d'habitat
  • tempéré
  • terrestre
  • Biomes terrestres
  • toundra
  • taïga
  • chaparral
  • forêt
  • foret de broussailles
  • les montagnes

Description physique

La plus grande des quelque 41 espèces sauvages de canidés, les loups gris varient en taille en fonction principalement de la localité géographique, les populations du sud étant généralement plus petites que les populations du nord. La longueur totale du corps, du bout du nez au bout de la queue, est de 1000 à 1300 mm chez les mâles et de 870 à 1170 mm chez les femelles. La longueur de la queue varie entre 350 et 520 mm. Les mâles peuvent peser de 30 à 80 kg, avec une moyenne de 55 kg, les femelles peuvent peser de 23 à 55 kg, avec une moyenne de 45 kg. La hauteur (mesurée de la base des pattes à l'épaule) varie généralement de 60 à 90 cm. La distance entre les canines est d'environ 4 cm.

La couleur de la fourrure des loups gris varie également géographiquement, allant du blanc pur dans les populations de l'Arctique, aux mélanges de blanc avec du gris, du brun, de la cannelle et du noir au noir presque uniforme dans certaines phases de couleur.

Les populations nord-américaines ont trois phases de couleur distinctes. La phase normale est caractérisée par divers mélanges de blanc avec des nuances de noir, de gris, de cannelle et de brun sur les parties supérieures de l'animal. Le dos est généralement plus profondément noir, et le museau, les oreilles et les membres ont également une coloration cannelle. Les parties inférieures sont blanchâtres et la queue est nettement noire sur la glande caudale, et plus pâle en dessous jusqu'à la pointe, qui est presque d'un noir pur. La phase noire des populations nord-américaines est caractérisée par les parties supérieures variant du brun au noir, avec des taches blanches, les parties inférieures sont plus claires et il y a souvent une tache pectorale médiale d'un blanc pur. La troisième phase de couleur se produit pendant le premier pelage de jeunes loups. Les parties supérieures sont gris terne, recouvertes de noir brunâtre. Les parties inférieures sont également plus claires et les oreilles varient du noir au chamois, selon la sous-espèce (Young 1944).

Les loups gris ont une couche de sous-fourrure dense, ce qui leur fournit une excellente isolation contre le froid.

Les loups gris se distinguent des loups rouges (Canis rufus) par leur taille plus grande, leur museau plus large et leurs oreilles plus courtes. Ils se distinguent des coyotes (Canis latrans) par leur taille 50 à 100% et leur museau plus large et leurs pattes plus larges.

  • Autres caractéristiques physiques
  • endothermique
  • homoïothermique
  • symétrie bilatérale
  • Dimorphisme sexuel
  • mâle plus grand
  • Plage maximale 23,0 à 80 kg 50,66 à 176,21 lb
  • Longueur de gamme 870 à 1300 mm 34,25 à 51,18 pouces

La reproduction

Le couple dominant dans une meute de loups gris sont les seuls membres qui se reproduisent. Ce couple est monogame bien que, avec la mort d'un individu alpha, un nouveau mâle ou femelle alpha émergera et prendra le relais en tant que partenaire.

La reproduction a lieu entre les mois de janvier et avril, les populations du nord se reproduisant plus tard dans la saison que les populations du sud. Les loups gris femelles choisissent leur partenaire et forment souvent un lien de couple à vie. Les couples de loups gris passent beaucoup de temps ensemble. Les loups gris femelles entrent en œstrus une fois par an et durent de 5 à 14 jours, l'accouplement a lieu pendant cette période. Après l'accouplement, la femelle creuse une tanière pour élever ses petits. La tanière est souvent creusée avec une entrée qui descend puis remonte vers une zone plus élevée pour éviter les inondations. Pups are born in the den and will remain there for several weeks after birth. Other dens are under cliffs, under fallen trees, and in caves. The gestation period lasts between 60 and 63 days, litter size ranges from one to fourteen, with the average size being six or seven pups. Pups remain in the den until they are 8 to 10 weeks old. Females stay with their pups almost exclusively for the first 3 weeks. Pups are cared for by all members of the pack. Until they are 45 days old the pups are fed regurgitated food by all pack members. They are fed meat provided by pack members after that age. Female pups reach maturity at two years of age, while males will not reach full maturity until three years of age. Most young gray wolves disperse from their natal pack when they are between 1 and 3 years old.

  • Key Reproductive Features
  • iteroparous
  • seasonal breeding
  • gonochoric/gonochoristic/dioecious (sexes separate)
  • sexual
  • fertilization
  • viviparous
  • Breeding interval Gray wolves breed once each year.
  • Breeding season Gray wolves breed between January and March, depending on where they are living.
  • Range number of offspring 5.0 to 14.0
  • Average number of offspring 7.0
  • Average number of offspring 6 AnAge
  • Range gestation period 63.0 (high) days
  • Average weaning age 45.0 days
  • Range age at sexual or reproductive maturity (female) 2.0 to 3.0 years
  • Range age at sexual or reproductive maturity (male) 2.0 to 3.0 years

Gray wolf pups are born blind and deaf. They weigh approximately 0.5 kg and depend on the mother for warmth. At ten to fifteen days of age, the pups' blue eyes open, but they only have control over their front legs, thus crawling is their only mode of mobility. Five to ten days later, the young are able to stand, walk, and vocalize. Pups are cared for by all members of the pack. Until they are 45 days old the pups are fed regurgitated food by all pack members. They are fed meat provided by pack members after that age. During the 20th to 77th day, the pups leave the den for the first time and learn to play fight. Interactions at this time, as well as the dominance status of the mother, ultimately determines their position in the pack hierarchy. Wolf pups develop rapidly, they must be large and accomplished enough to hunt with the pack with the onset of winter. At approximately ten months old, the young begin to hunt with the pack.

  • Parental Investment
  • no parental involvement
  • altricial
  • pre-fertilization
    • protecting
      • female
  • pre-hatching/birth
    • provisioning
      • female
    • protecting
      • female
  • pre-weaning/fledging
    • provisioning
      • male
      • female
    • protecting
      • male
      • female
  • pre-independence
    • provisioning
      • male
      • female
    • protecting
      • male
      • female
  • post-independence association with parents
  • extended period of juvenile learning
  • maternal position in the dominance hierarchy affects status of young

Lifespan/Longevity

Gray wolves may live thirteen years in the wild, though average lifespan is 5 to 6 years. As adults they usually die from old age or from injuries received while hunting or fighting with other wolves. In captivity they may live to be fifteen years of age.

  • Range lifespan
    Status: wild 13.0 (high) years
  • Average lifespan
    Status: wild 5.0 years
  • Range lifespan
    Status: captivity 15.0 (high) years
  • Average lifespan
    Status: wild 10.0 years Max Planck Institute for Demographic Research
  • Average lifespan
    Status: captivity 20.0 years Max Planck Institute for Demographic Research
  • Average lifespan
    Sex: female
    Status: wild 13.7 years Max Planck Institute for Demographic Research
  • Average lifespan
    Sex: female
    Status: captivity 16.0 years Max Planck Institute for Demographic Research
  • Average lifespan
    Status: wild 16.0 years Max Planck Institute for Demographic Research
  • Average lifespan
    Status: captivity 20.0 years Max Planck Institute for Demographic Research

Behavior

Gray wolves are highly social, pack-living animals. Each pack comprises two to thirty-six individuals, depending upon habitat and abundance of prey. Most packs are made up of 5 to 9 individuals. Packs are typically composed of an alpha pair and their offspring, including young of previous years. Unrelated immigrants may also become members of packs.

There is a strong dominance hierarchy within each pack. The pack leader, usually the alpha male, is dominant over all other individuals. The next dominant individual is the alpha female, who is subordinate only to the alpha male. In the event that the alpha male becomes injured or is otherwise unable to maintain his dominance, the beta male will take his place in the hierarchy. Alpha males typically leave the pack if this occurs, but this is not always the case. Rank within the pack hierarchy determines which animals mate and which eat first. Rank is demonstrated by postural cues and facial expressions, such as crouching, chin touching, and rolling over to show the stomach.

Each year, gray wolf packs have a stationary and nomadic phase. Stationary phases occur during the spring and summer, while pups are being reared. Nomadic phases occur during the fall and winter. Wolf movements are usually at night and cover long distances. Daily distance traveled can be up to 200 km, the usual pace is 8 km/hr. Wolves can run at speeds up to 55 to 70 km/hr.

  • Key Behaviors
  • cursorial
  • terricolous
  • diurnal
  • nocturnal
  • motile
  • nomadic
  • territorial
  • social
  • dominance hierarchies

Home Range

The territory of a pack ranges from 130 to 13,000 square kilometers, and is defended against intruders.

Communication and Perception

Rank is communicated among wolves by body language and facial expressions, such as crouching, chin touching, and rolling over to show their stomach.

Vocalizations, such as howling allows pack members to communicate with each other about where they are, when they should assemble for group hunts, and to communicate with other packs about where the boundaries of their territories are. Scent marking is ordinarily only done by the alpha male, and is used for communication with other packs.

  • Perception Channels
  • tactile
  • chemical

Food Habits

Gray wolves are carnivores. They hunt prey on their own, in packs, steal the prey of other predators, or scavenge carrion. Prey is located by chance or scent. Animals included in the diet of gray wolves varies geographically and depends on prey availability. Wolves primarily hunt in packs for large prey such as moose, elk, bison, musk oxen, and reindeer. Once these large ungulates are taken down, the wolves attack their rump, flank, and shoulder areas. Wolves control prey populations by hunting the weak, old, and immature. A wolf can consume up to 9 kg of meat at one meal. Wolves usually utilize the entire carcass, including some hair and bones. Smaller prey such as beavers, rabbits, and other small mammals are usually hunted by lone wolves, and they are a substantial part of their diet. Wolves may also eat livestock and garbage when it is available.

  • Primary Diet
  • carnivore
    • eats terrestrial vertebrates
  • Animal Foods
  • mammals
  • carrion

Predation

Few animals prey on gray wolves. Wolves and coyotes are highly territorial animals so wolves from other packs and coyotes will attack wolves that are alone or young. They will kill pups if they find them.

  • Known Predators
    • coyotes (Canis latrans)
    • gray wolves ( Canis lupus )

Ecosystem Roles

As top predators, gray wolves are important in regulating populations of their prey animals.

Economic Importance for Humans: Positive

Historically, the fur of grey wolves was used for warmth. As top predators in many ecosystems, wolves are important in controlling populations of their prey.

Wolves are important in our culture, many people believe they symbolize the spirit of wilderness. Wolf products, including posters, books, and t-shirts are very popular. Wolf ecotourism is a major source of revenue for parks and reserves.

  • Positive Impacts
  • body parts are source of valuable material
  • ecotourism

Economic Importance for Humans: Negative

Gray wolves may sometimes kill livestock. The extent of livestock loss to wolves is often overstated, wolves typically prefer their wild prey.

Conservation Status

"Few animals have ever haunted our dreams or fired our imaginations more than the wolf. Unfortunately, by the early part of this century, man had almost exterminated the wolf from the lower 48 states. The recovery of the wolf is becoming an impressive conservation success story and a gift to future generations" (Bruce Babbitt, Secretary of the Interior).

Wolves play an important role in the ecosystem by controlling natural prey populations and removing weak individuals. As settlement increased, the belief that livestock was endangered by wolf populations also increased. As such, the frequency of hunting the gray wolf exploded. The populations were nearly eradicated. Currently in the lower 48 United States, about 2,600 gray wolves exist, with nearly 2,000 in Minnesota (compared to the few hundred living there in the mid-20th century). Successful recovery plans have been developed throughout the country. These plans evaluate the populations to determine distribution, abundance, and status. The main cause of population declines has been habitat destruction and persecution by humans. But the reintroduction of gray wolves into protected lands has greatly increased the likelihood of their survival in North America. Populations in Alaska and Canada have remained steady and are fairly numerous. Currently the State of Alaska manages 6,000 to 8,000 gray wolves and Canada's populations are estimated at about 50,000. The wolves in Canada are managed by provincial governments and are not currently threatened.

In western Eurasia gray wolf populations have been reduced to isolated remnants in Poland, Scandinavia, Russia, Portugal, Spain, and Italy. Wolves were exterminated from the British Isles in the 1700's and nearly disappeared from Japan and Greenland in the 20th century. Greenland's wolf populations seem to have made a full recovery. The status of wolf populations throughout much of eastern Eurasia is poorly known, but in many areas populations are probably stable.

Gray wolves are listed were until recently listed as endangered by the U.S. Fish and Wildlife Service and as threatened by the state of Michigan DNR. Most U.S. populations of gray wolves have now been delisted, except for experimental populations of Mexican gray wolves in the southwest. They are in CITES Appendix II, except for populations in Bhutan, India, Nepal and Pakistan, which are in Appendix I.

Other Comments

Except for red wolves (Canis rufus), all living North American wolves are considered to be Canis lupus -- a total (as of 1997) of 32 recognized subspecies.

Gray wolves are widely recognized to be the ancestor of all domestic dog breeds (Canis lupus familiaris), including feral forms such as dingos (Canis lupus dingo) and New Guinea singing dogs ( Canis lupus halstromi ). Genetic evidence suggests that gray wolves were domesticated at least twice, and perhaps as many as 5 times, by humans. Artificial selection by humans for particular traits, including size, appearance, aggressiveness, loyalty, and many desirable, specialized skills, has resulted in an astonishing array of domestic dog morphologies. Domestic dogs vary in size from diminutive, 1.5 kg chihuahuas to 90 kg giant mastiffs.

Contributors

Tanya Dewey (author, editor), Animal Diversity Web.

Julia Smith (author), University of Michigan-Ann Arbor, Phil Myers (editor), Museum of Zoology, University of Michigan-Ann Arbor.

Glossary

living in the Nearctic biogeographic province, the northern part of the New World. This includes Greenland, the Canadian Arctic islands, and all of the North American as far south as the highlands of central Mexico.

living in the northern part of the Old World. In otherwords, Europe and Asia and northern Africa.

young are born in a relatively underdeveloped state they are unable to feed or care for themselves or locomote independently for a period of time after birth/hatching. In birds, naked and helpless after hatching.

having body symmetry such that the animal can be divided in one plane into two mirror-image halves. Animals with bilateral symmetry have dorsal and ventral sides, as well as anterior and posterior ends. Synapomorphy of the Bilateria.

an animal that mainly eats meat

Found in coastal areas between 30 and 40 degrees latitude, in areas with a Mediterranean climate. Vegetation is dominated by stands of dense, spiny shrubs with tough (hard or waxy) evergreen leaves. May be maintained by periodic fire. In South America it includes the scrub ecotone between forest and paramo.

uses smells or other chemicals to communicate

helpers provide assistance in raising young that are not their own

ranking system or pecking order among members of a long-term social group, where dominance status affects access to resources or mates

humans benefit economically by promoting tourism that focuses on the appreciation of natural areas or animals. Ecotourism implies that there are existing programs that profit from the appreciation of natural areas or animals.

animals that use metabolically generated heat to regulate body temperature independently of ambient temperature. Endothermy is a synapomorphy of the Mammalia, although it may have arisen in a (now extinct) synapsid ancestor the fossil record does not distinguish these possibilities. Convergent in birds.

union of egg and spermatozoan

forest biomes are dominated by trees, otherwise forest biomes can vary widely in amount of precipitation and seasonality.

a distribution that more or less circles the Arctic, so occurring in both the Nearctic and Palearctic biogeographic regions.

Found in northern North America and northern Europe or Asia.

offspring are produced in more than one group (litters, clutches, etc.) and across multiple seasons (or other periods hospitable to reproduction). Iteroparous animals must, by definition, survive over multiple seasons (or periodic condition changes).

Having one mate at a time.

having the capacity to move from one place to another.

This terrestrial biome includes summits of high mountains, either without vegetation or covered by low, tundra-like vegetation.

the area in which the animal is naturally found, the region in which it is endemic.

generally wanders from place to place, usually within a well-defined range.

scrub forests develop in areas that experience dry seasons.

breeding is confined to a particular season

reproduction that includes combining the genetic contribution of two individuals, a male and a female

associates with others of its species forms social groups.

uses touch to communicate

Coniferous or boreal forest, located in a band across northern North America, Europe, and Asia. This terrestrial biome also occurs at high elevations. Long, cold winters and short, wet summers. Few species of trees are present these are primarily conifers that grow in dense stands with little undergrowth. Some deciduous trees also may be present.

that region of the Earth between 23.5 degrees North and 60 degrees North (between the Tropic of Cancer and the Arctic Circle) and between 23.5 degrees South and 60 degrees South (between the Tropic of Capricorn and the Antarctic Circle).

defends an area within the home range, occupied by a single animals or group of animals of the same species and held through overt defense, display, or advertisement

A terrestrial biome with low, shrubby or mat-like vegetation found at extremely high latitudes or elevations, near the limit of plant growth. Soils usually subject to permafrost. Plant diversity is typically low and the growing season is short.

reproduction in which fertilization and development take place within the female body and the developing embryo derives nourishment from the female.

References

"A Short Course on Gray Wolves" (On-line). Accessed December 9, 1999 at http://www.boomerwolf.com/graycors.htm.

July 1998. "Gray Wolf (Canis lupus)" (On-line). Accessed December 9, 1999 at http://www.fws.gov/r3pao/wolf/wolfindx.html.

January 16, 1997. "Gray Wolf" (On-line). Accessed December 9, 1999 at http://www.kats-korner.com/graywolf.html.

Dog Breed Info Center, 2000. "Dog Breeds in Alphabetical Order" (On-line). Accessed February 16, 2002 at http://www.dogbreedinfo.com/abc.htm.

McIntyre, R. 1993. A Society of Wolves: National Parks and the Battle Over the Wolf . Stillwater, MN: Voyageur Press.

Mech, L. 1999. Gray Wolf. Pp. 141-143 in D Wilson, S Ruff, eds. The Smithsonian Book of North American Mammals . Washington and London: Smithsonian Institution Press.

Young, S., E. Goldman. 1944. The Wolves of North America . Washington D.C.: The American Wildlife Institute.

Zgurski, J. 2002. "The Behavior and Ecology of Wolves" (On-line). Accessed February 16, 2002 at http://www.ualberta.ca/

Zgurski, J. 2002. "The Origin of the Domestic Dog" (On-line). Accessed February 16, 2002 at http://www.ualberta.ca/

Zgurski, J. 2002. "Wolf Taxonomy" (On-line). Accessed February 16, 2002 at http://www.ualberta.ca/

The Animal Diversity Web team is excited to announce ADW Pocket Guides!


Wolf, gray wolf, grey wolf (Canis lupus)

Wolves are wrongly considered to be extremely brave animals. These intelligent predators try not to take unnecessary risks, which is why they usually hunt weak or sick animals. No wonder – a wolf can be killed with one accurate kick from a healthy deer. As one of the key predators, wolves play a very important role in the balance of ecosystems in biomes such as temperate forests, taiga, tundra, steppes and mountain systems.

Wolves – the biggest dogs

Wolves are the largest representatives of the Canidae family. These great and intelligent animals can be found in virtually any area: forests, plains, mountain areas, and even the desert. Wolves inhabit all continents except Africa and Australia. There you can meet their relatives – wild dingo dogs, while in South America there is a maned wolf (Chrysocyon brachyurus), which, however, is not a direct relative of the gray wolf.

Wolf, gray wolf, grey wolf (Canis lupus)

Characteristics

Appearance

The size and total mass of wolves are subject to strong geographic variability. It has been noticed that they vary proportionally depending on the surrounding climate and in full accordance with Bergman’s rule (the colder the climate, the larger the animal). In general, the height of animals at the withers ranges from 66 to 86 cm, length from 105 to 160 cm, and weight from 32 to 62 kg, which makes the common wolf one of the largest mammals in the family. One-year-old wolves weigh in the range of 20-30 kg. A wolf matures at the age of 2.5-3 years, reaching a weight of 50 or more kilograms. In Siberia and Alaska, large wolves can weigh more than 77 kg.

A large animal was recorded in 1939 in Alaska: its weight was about 80 kg. It is believed that in Siberia the weight of individual specimens can exceed 92 kg. The smallest subspecies should be considered the Arabian wolf ( Cl arabs ), whose females in adulthood can weigh only 10 kg. Within the same population, males are always larger than females by about 20%.

In general, the wolf resembles a large, sharp-eared dog. The legs are high and strong the paw is larger and more elongated than the dog’s, the track length is about 9-12 cm, the width is 7 cm, the middle two fingers are more forward, the fingers are not spread out and the print is more prominent than in the dog. The track of the tracks in the wolf is smoother and forms an almost even line, and in dogs it is a winding line. The head is broad-forehead, the muzzle is relatively wide, strongly elongated and framed on the sides by “whiskers”. The massive muzzle of the wolf distinguishes it well from the jackal and coyote, in which it is narrower and sharper. In addition, it is very expressive: scientists distinguish more than 10 mimic expressions: anger, obedience, affection, fun, alertness, threat, calmness, fear.

Wolf, gray wolf, grey wolf (Canis lupus)

Smell

The sense of smell in a wolf is very developed. It can detect prey up to 3 kilometers away. A wolf’s nose is 14 times larger than a human’s is, and wolves have 100 times better sense of smell than humans. Wolves distinguish about 200 million shades of smell, humans only 5 million.

Herd animals – pack hunters

Even though some wolves live alone, most hunt in packs. For this purpose, predators join in the so-called packs, jointly attacking deer or wild boars. Wolves try not to take unnecessary risks, therefore their victims are mainly weak or sick animals. This caution should not come as a surprise – a wolf can be killed with one accurate kick of a healthy deer.

A pack of wolves

The wolf pack consists of about 20 individuals, led by the strongest unit. There is a strict hierarchy in the herd, excluding the young, which can do practically anything. The wolves calmly play around and use the older wolves guarding them to practice in the art of hunting. This approach to upbringing means that wolf cubs are strongly associated with the pack. When they grow up, they will be ready to sacrifice even their lives for the pack.

Wolf, gray wolf, grey wolf (Canis lupus)

Howling wolves

A characteristic howl tells the herd where the individual is. This sound can also signal the presence of game and allow communication between pack members.

The variety and frequency range of the vocal means of wolves significantly exceed the capabilities of the absolute majority of animals (except for humans and bats ). Wolves make sounds such as howling, whining, grunting, growling, barking, screeching, barking. Each sound has a huge number of variations.

Diet and hunting way

The wolf is a food generalist who primarily preys on animals of roughly hares – up to moose – and bison in size, but also eats fruit, carrion and household waste. The wolf’s basic food is medium to large herbivorous mammals in most of its distribution area. In the north, wolves mainly hunt in the pack, especially elk, reindeer and other deer, but also musk ox. There are also wild boars in Eurasian forests of the temperate climate zone and wild sheep, chamois and ibex in the mountains a common prey. Smaller mammals such as hares, wild rabbits, lemmings and other voles are also caught. In addition to large ungulates, beavers also play an important role in North America as prey. The huge herds of bison in North America before the arrival of the Europeans were probably associated with the largest density of wolves in the world: an estimated 200,000 wolves lived in the grasslands of the North American plains, which mainly fed on bison.

Courage

The wolf is wrongly considered a very brave animal. In fact, seeing a stronger opponent or human, he tries to escape. Although man is much weaker than the wolf, the animal instinctively perceives it as a threat.

Once upon a time, the wolf was much more widespread in Eurasia and North America. At present, its range and the total number of animals have significantly decreased, mainly as a result of human activity: changes in natural landscapes, urbanization and mass extermination. In many regions of the world, the wolf is on the verge of complete extinction, although in the north of Eurasia and America, its population is still stable. Despite the fact that the population of wolves continues to decline, it is still hunted in many places as a potential danger to humans and livestock, or for entertainment.

Wolf, gray wolf, grey wolf (Canis lupus)

Data / Dimensions (size)

Wolf, gray wolf, grey wolf (Canis lupus)

  • Height at the withers:
    • male: 70–85 cm (sometimes up to 90 cm)
    • female: 60–75 cm
  • Body length: average 100–130 cm sometimes up to 160 cm
  • The length of the tail: 30-50 cm
  • Length of the ears: 9-11 cm
  • Body weight:
    • male: 45–60 kg (exceptionally up to 75 kg)
    • female: 30–50 kg
  • Lifespan: 12-16 years, up to 20 years in captivity
  • Litter: 2-6 puppies
  • The bite forces of a wolf is twice that of a German shepherd
Wolf, gray wolf, grey wolf (Canis lupus)

Wolves – interesting facts

  • The wolf is extremely persistent. In search of food, it can travel over 150 km.
  • The wolf can travel over 600 km in 2 weeks.
  • The wolf covers an average distance of 20 km per day.
  • In the past, even bison fell victim to wolves.
  • The wolf can run at a maximum speed of 70 km/h.
  • The wolf can jump up to 5 meters.
  • The largest numbers of wolves live in Canada and Russia.
  • Wolves also eat fruit and berries.
  • The relationships between wolves in a pack are much stronger than between other pack animals.
  • Contrary to popular belief, wolves often hunt small animals, such as birds.
  • The largest wolf in the world is the Arctic wolf (Canis lupus arctos).
  • Wolves vary in size depending on the area of occurrence.
Wolf, gray wolf, grey wolf (Canis lupus)

Classification

  • Kingdom: Animalia
  • Phylum: Chordata
  • Class: Mammalia
  • Order: Carnivora
  • Family: Canidae
  • Genus: Canis
  • Species: Canis lupus

Subspecies:

We distinguish 38 subspecies of the gray wolf:

  • Canis lupus albus Kerr, 1792
  • Canis lupus alces Goldman, 1941
  • Canis lupus arabs Pocock, 1934
  • Canis lupus arctos Pocock, 1935
  • Canis lupus baileyi Nelson and Goldman, 1929
  • Canis lupus beothucus G. M. Allen and Barbour, 1937
  • Canis lupus bernardi Anderson, 1943
  • Canis lupus campestris Dwigubski, 1804
  • Canis lupus chanco Gray, 1863
  • Canis lupus columbianus Goldman, 1941
  • Canis lupus crassodon Hall, 1932
  • Canis lupus dingo Meyer, 1793 – dingo
  • Canis lupus familiaris Linnaeus, 1758 – domestic dog
  • Canis lupus filchneri (Matschie, 1907)
  • Canis lupus floridanus Miller, 1912
  • Canis lupus fuscus Richardson, 1839
  • Canis lupus gregoryi Goldman, 1937
  • Canis lupus griseoalbus Baird, 1858
  • Canis lupus hattai Kishida, 1931
  • Canis lupus hodophilax Temminck, 1839
  • Canis lupus hudsonicus Goldman, 1941
  • Canis lupus irremotus Goldman, 1937
  • Canis lupus labradorius Goldman, 1937
  • Canis lupus ligoni Goldman, 1937
  • Canis lupus lupus Linnaeus, 1758
  • Canis lupus lycaon Schreber, 1775
  • Canis lupus mackenzii Anderson, 1943
  • Canis lupus manningi Anderson, 1943
  • Canis lupus mogollonensis Goldman, 1937
  • Canis lupus monstrabilis Goldman, 1937
  • Canis lupus nubilus Say, 1823
  • Canis lupus occidentalis Richardson, 1829
  • Canis lupus orion Pocock, 1935
  • Canis lupus pallipes Sykes, 1831
  • Canis lupus pambasileus Elliot, 1905
  • Canis lupus rufus Audubon and Bachman, 1851
  • Canis lupus tundrarum Miller, 1912
  • Canis lupus youngi Goldman, 1937
Wolf, gray wolf, grey wolf (Canis lupus)


Video: Vilkai Canis lupus. Grey Wolf, Wolf